Workflow passage des cours, td et tp sous opale retour d'expériences

Bonjour,
J’ai redécouvert scénari et opale cette année et je ne m’en lasse pas :grinning:. Je suis entrain de passer toutes mes formations sous opale. Pour l’instant j’ai de multiples sources. Fichiers libre office, microsoft office, pdf, solidworks, vidéo… Je souhaite tous les mettre sous opale parce qu’opale c’est génial! Mais cela représente un travail énorme. Je souhaiterai donc faire cela petit à petit sur les deux années à venir. Toutefois la publication web est devenue primordiale. Je souhaiterai savoir comment m’y prendre pour créer le squelette des différentes progressions et y intégrer dans un premier temps l’ensemble des documents de manière brute puis petit à petit les reprendre pour les transformer pleinement en document opale. Cette étape intermédiaire que est essentiellement constituée de mise en ordre des séquences et séances de manière à pouvoir fournir aux apprenants une première trace avec opale en publication web ne devant pas être trop chronophage face à la publication de la progression complète sous opale. J’aimerai bien que vous puissiez partager dans cette discussion votre expérience et vos manières de faire pour complètement intégrer des documents existants dans une progression opale tout en mettant en place cette progression complète 100% opale. Merci pour vos retours à venir et à bientôt.

Je tague @Exosens qui aura peut-être quelques conseils.

Sinon, sache que le copier-coller intelligent depuis la plupart des logiciels bureautiques vers l’interface d’édition web, est très intelligent.
On peut copier de larges portions de texte avec tableaux, listes, mises en forme, liens, … vers un bloc de contenu texte et tout ceci est interprété pour être (souvent) correctement formaté dans l’éditeur Scenari web.

Hello @prof_wendling

Je vous partage quelques principes d’usage que vous pourrez peut-être adapter à vos besoins, en attendant de copier-coller et adapter vos contenus.

1 - Afin d’utiliser au maximum la fonctionnalités de « réutilisation de contenu » offerte par la « granularisation » de nos contenus, nous « externalisons » systématiquement tout contenu dont nous suspectons qu’il pourrait être réutilisé à un autre endroit… mais surtout également pourrait être amené à être modifié - comme ça on les modifie à un seul endroit et ils s’actualisent tous lors de la regénération des modules dans lesquels ils sont inclus (intéressant aussi par exemple pour des blocs de signature ou de coordonnées dont le libellé pourrait évoluer)

2 - De plus nous regroupons tous ces « grains » dans un atelier spécifique, déclaré « public » afin d’isoler, identifier et donc gérer plus facilement ces items mutualisés.

3 - Lorsque nous devons renvoyer à des fichiers « externes » à scenari (PDF), nous les déposons sur notre dépôt et lorsque nous avons besoin d’y référer dans un contenu, nous écrivons le titre du document + créons un lien vers l’URL sur le dépôt : exemple :
Retrouvez ici : DGAL-IT-2017-861-Obligation de Formation en Restauration commerciale
Il nous semble en effet plus facile de remplacer/modifier ces documents si besoin en les gérant via le dépôt que de les mettre directement dans l’atelier scenari où ils sont utilisés.

Pas sûr de faire avancer votre Schmilblick… merci de partager en retour les schémas de construction que vous adopterez au final.
Bonne continuation.
JPC

1 « J'aime »

Très bonnes astuces !!!

Bonsoir,
Merci pour ces premiers retours.
*Effectivement j’avais perdu de vue l’idée du copier coller qui me sera plus qu’utile.
*Dans mes premiers cours j’ai effectivement systématiquement externalisé tous mes grains.
*Pour les fichiers externes je retiens et vais mettre en pratique l’idée de mettre un lien vers un dépôt.

Une question pour @JPC-AURA

De plus nous regroupons tous ces « grains » dans un atelier spécifique, déclaré « public » afin d’isoler, identifier et donc gérer plus facilement ces items mutualisés.

Cela veut dire que si quelqu’un fait une formation sur le type d’alimentation dans les zones rurales et quelqu’un d’autre sur les apports protéinique des différentes farines de céréales, au bout du compte il y aura un atelier pour la première personne, un autre pour la seconde personne et au final un troisième qui sera commun au deux? Comment faites vous alors pour nommer les différents items les composants pour que leur identification soit rapide et unique?
Merci pour vos retours.

P.S: En errant dans les méandres du forum j’ai retrouvé cette capture de mini-webinaire sur les usages d’opale à partir de documents existants ou non. https://scenari.org/audioVideo/mini-webinaires/20210416_org_contenus_travail_collabo.mp4
@Exosens n’a pas réussi à aller au bout de sa présentation, dommage cela semblait correspondre à ma demande. Il explique un peu sa méthode à la fin de la vidéo à 34mn30s. Je vais jeté un coup d’œil à la discussion liée à ce webinaire. Si @Exosens peut partager le diaporama qui était prévu cela pourrai être utile.

Hello @prof_wendling

Cela veut dire que si quelqu’un fait une formation sur le type d’alimentation dans les zones rurales et quelqu’un d’autre sur les apports protéinique des différentes farines de céréales, au bout du compte il y aura un atelier pour la première personne, un autre pour la seconde personne et au final un troisième qui sera commun au deux?

1 - le contenu d’un atelier déclaré « public » est accessible à TOUS les Auteurs, Lecteurs etc.
Donc dans le principe, il me semble que « la bonne pratique » serait d’avoir UN unique atelier public par serveur pour une bonne mutualisation (et donc unicité) des contenus communs ou « génériques ». (exemple : signatures).
Dans cette logique, je dirais que l’atelier « public » serait donc l’atelier « Zéro ».

2 - Pour faire travailler plusieurs Auteurs/Lecteurs sur des sujets différents, vous pouvez en effet créer des ateliers distincts, un par sujet.

2bis - TOUTEFOIS, la Kelis-Team a fait évoluer - tout dernièrement je crois, mais je ne l’avais pas peut-être identifié avant - la gestion des accès aux espaces (= dossiers) de chaque atelier.
Il est maintenant possible de définir un accès à chaque espace (dossier) d’un atelier, différent de celui attribué au niveau du serveur : un Auteur au niveau du serveur ou de l’atelier, peut voir son « rôle » limité à Lecteur, voir Aucun sur des espaces particulier.
Ca se définit comme ça par un clic-droit sur l’espace concerné :

ATTENTION toutefois : l’Auteur au niveau du serveur/atelier à qui l’on va spécifiquement attribuer un rôle « Aucun » sur un espace d’un atelier, ne pourra rien modifier, mais par contre il verra tout le contenu de ce dossier.

Par conséquent, SI les productions de vos différents Auteurs, dans différentes matières, ne sont pas « confidentielles ou propriétaires » - en gros que tous les auteurs acceptent que les autres Auteurs voient leurs contenus, vous auriez peut-être tout autant intérêt à NE PAS créer un atelier par matière, mais plutôt des « espaces » au sein d’un seul atelier de production.
Cela pourrait même être « pédagogique » pour les Auteurs de partager ainsi leurs « architectures » de module.
Voire vous pourriez créer un espace « exemple » à accès limité en visualisation dans lequel vous déposerez celui de vos cours dont vous estimez la « structuration scenari » la plus pertinente pour permettre aux Auteurs de s’en inspirer si besoin (j’ai cru comprendre que c’est pas à vous qu’on doit expliquer que la logique scenari est GENIALE, mais pas toujours simple d’accès… on est tous passé par là !).

Bien entendu si vos Auteurs ne souhaitent pas partager leurs productions, vous devez passer par des ateliers distincts.
Egalement si vos productions seront « gigantesques », ce qui justifierait probablement également de les « cloisonner » dans des ateliers différents.
Et aussi probablement si vous voulez utiliser des ateliers dérivés ou des ateliers claques… mais je n’irais pas plus loin car là je ne maîtrise pas.

Comment faites vous alors pour nommer les différents items les composants pour que leur identification soit rapide et unique?

Excellente question… dès que vous avez la réponse, partagez-là moi !
Ce que je veux dire c’est que j’ai essayé plein de modalités… sans satisfaction totale pour le moment.
Le principe en cours : dans l’atelier public, j’ai créé des :

  • espaces spécifiques par items : Glossaire, Biblio, Images, PDF, Renvois (URL)…
  • espaces spécifiques par « usage » : Signatures, Promotion, (dans lesquels il y a plutôt des fragments/grains voire des sections/division) (Dokiel/Opale)
  • Erreur à ne pas faire : un espace glossaire, puis des sous-espaces A-B-C… => ouvrir tous les espaces qd on cherche qqchose.

Pour le nommage, on en est à des noms « signifiants abrégés » :
Exemple pour une « variable » (Dokiel), « TexteOriginal »
On pourrait ajouter à quoi il sert si c’est pas évident par son nom dans la partie « Titre de gestion » de l’item. (je ne le fais pas jusque là, mais vous m’en donnez l’idée, :pray:)
image

Il y aurait certainement encore mieux à faire par l’utilisation de la fonction recherche « flash »… mais comme je ne suis pas familier de son usage, je laisse à d’autres (@KelisTeam ?) développer.

Bonne continuation.

1 « J'aime »

Pour info, le mini-webinaire de juillet a pour intitulé : « Scenariser son cours avec Opale : du traitement de texte à l’éditeur scenari ».

Merci @JPC-AURA pour ces pistes d’optimisation et @lalejand je viens de télécharger la date sur mon calendrier perso. Quelle est l’outil employé pour participer au webinaire à mettre en place?

BigBlueButton, mais c’est juste une url à entrer dans son navigateur.

Super merci et donc à bientôt.