Score Ecoindex des publications web Scenari

Hello,

en écoutant cette conf Conférence Richard HANNA - Congrès ADULLACT 2022 - YouTube j’ai voulu essayer l’extension GreenIT-Analysis dont ils parlent et qui sert à mesurer l’eco-conception d’un site web.

J’ai testé sur une publication Opale et ça donne un score B (ça va jusqu’à G : Qu’est-ce que EcoIndex ? | Ecoindex) ce qui est pas mal je suppose car le site des concepteur de l’extension donne le même score.

C’est un argument de plus pour Scenari !
Et une opportunité pour améliorer certaines choses pour atteindre le score A !! poke @sam :wink:

Tu as deux choses sur ta copie d’écran, une estimation du « coût » de la page et une analyse de « bonnes pratiques » Web.

  • Sur le premier (coût), j’ai de gros doute sur la possibilité de faire ça aussi « simplement » que c’est proposé étant donné la multiplicité des moyens de faire du Web et de « bypasser » l’algo (je ne suis pas sûr de ce que j’avance, c’est à vérifier, il faudrait faire quelques expériences, ça peut être un travail à faire à l’UTC avec un binôme d’étudiants, si quelqu’un de Kelis ou un autre dev web expert veut jouer avec moi, je suis partant). Si ce que j’avance est vrai alors l’usage d’une grosse note visible ABCDE est une très mauvaise idée, ça cache la complexité, ça donne des A à des sites F qui trichent (ou passe par hasard sous un radar), bref ça brouille les cartes.
  • Sur le second, il peut être intéressant de voir pourquoi Opale a des « croix rouges » : soit ce sont des imperfections à corriger (et financer), soit ce sont des choix (à expliquer), soit ce sont les critères Ecoindex qui se plantent ou qui datent

Pour conclure j’ai un doute encore plus important à formuler qui est que cet indicateur est indépendant du service rendu : Platon — Wikipédia obtient un E : je crois que c’est juste parce la page a un gros Dom parce qu’elle contient plein de références, donc parce qu’elle rend bien le service qu’on lui demande de rendre… Je pense qu’on doit pouvoir améliorer cette note en affaiblissant la qualité de la structure ou de la présentation, ce qui serait tout à fait stupide.

Bref, c’est à creuser, si @spi ou @sam (ou d’autres donc) veulent jouer avec moi, je lance une étude avec des étudiant·es à l’UTC #invitation

Tiens c’est rigolo, la page de Platon obtient un D chez moi :thinking:
C’est en effet à cause du gros DOM puisque dans leur calcul celui-ci à un coef 3 par rapport au nombre de requêtes et le poids de données transférées.

Calcul de l’EcoIndex
EcoIndex est une note sur 100. Plus la note est élevée et meilleure est la performance environnementale. Nous avons choisi cette représentation car c’est la plus couramment utilisée sur le web pour évaluer d’autres dimensions telles que la qualité, la performance, l’accessibilité, etc.
Les bornes de l’échelle de l’EcoIndex (0 à 100) ont été mises au point et validées en analysant la base HTTParchive (500 000 URLs).
L’EcoIndex est calculé à partir de trois mesures physiques objectives : taille du DOM, Ko transférés, nombre de requêtes HTTP. Ces trois indicateurs sont associés via une moyenne pondérée avec 3 pour le DOM, 2 pour les requêtes HTTP et 1 pour le poids des données transférées.
Qu’est-ce que EcoIndex ? | Ecoindex

Le score ecoindex n’est pas représentatif de l’intérêt du contenu. On peut en effet avec des pages très lourdes et hyper pertinentes, et des pages super légères avec zéro intérêt.
Toujours est-il que la page wikipedia, malgré le fait qu’elle rende un super service, a un gros DOM, donc mobilise plus de RAM, donc moins éco.

Perso, je ne vois pas pourquoi découper l’article wikipedia en plusieurs pages web serait stupide. Dans le menu de l’article, au lieu de se déplacer dans un article hyper long, on irait dans des pages webs différentes. Si ce qui m’intéresse dans Platon c’est de savoir où il est né, j’ai pas besoin de charger toute l’info à propos de sa cosmologie ou ses ouvres. Mais bon, c’est un autre débat :wink:

Le score est relatif par rapport aux autres pages testées :

Calcul de la note de A à G
Une fois l’EcoIndex obtenu, nous classons cette valeur par rapport aux autres valeurs de la base EcoIndex. Nous obtenons donc un rang. Nous répartissons les rangs sur une échelle allant de A à G (norme européenne). Vous obtenez donc une seconde information : la performance de l’URL par rapport aux autres URLs testées. Il s’agit donc d’une performance relative à l’échantillon étudié.
Perso, je ne vois pas pourquoi ce serait stupide de découper le contenu en plusieurs pages. Dans le menu de l’article, au lieu de te déplacer dans un article de 2km de long, tu vas dans des pages différentes, surtout si c’est plus frugal. Mais bon c’est un autre débat.
Qu’est-ce que EcoIndex ? | Ecoindex

Et ils précisent bien que cette note est pertinente quand on compare des pages de même nature :

Représentativité de la mesure
EcoIndex.fr a été conçu pour comparer des URLs du même type : par exemple la page “article” de sites d’information, la page d’accueil de sites institutionnels, etc. EcoIndex.fr n’a pas la capacité à détecter automatiquement le type de page / URL analysée. C’est donc à vous d’utiliser votre cerveau et de comparer ce qui est comparable.
Qu’est-ce que EcoIndex ? | Ecoindex

Ces infos mériteraient d’être plus claires pour les internautes dans l’usage de l’extension.

Tu as tout à fait raison, y’a deux parties que j’ai mélangées. La note ne dépend pas de ce qui est coché vert ou rouge en-dessous.
Du coup, dans le cas d’une publication Scenari, cette note dépend principalement de ce que l’auteur a saisi. Si son grain Opale fait 4km de long et qu’il y a plein de vidéos dedans, il va avoir un score ecoindex tout pourri.

Ça me fait penser qu’on pourrait imaginer disposer d’un système (à éventuellement interfacer avec la mécanique de Ecoindex), lors de la rédaction du contenu qui puisse alerter l’auteur lorsque celui-ci fait un contenu trop long ou bien utilise beaucoup de ressources lourdes.

Si c’est un outil de compaisons alors

  • pour nous communiquer dessus n’a pas de sens, dire on a B ne veut rien dire, il faudrait dire on a B alors que avec tel autre CE / CMS on aurait C (même si à mon avis ça tiendra pas non plus…)
  • c’est pas une bonne idée de leur part d’utiliser ce système « absolu » pour dire ensuite qu’il est relatif, mais bon… on va essayer d’y travailler avec Sylvain, je te mettrai dans le boucle :slight_smile:

Je suis d’accord avec toi, et ça a d’autant moins de sens que c’est même pas Scenari ou Opale qui peut avoir un score, mais un contenu donné. Avec Opale on peut très bien faire un site web qui obtient le score A et un autre qui obtient le score G.

En revanche, au niveau des coches vertes et rouges, ça pourrait éventuellement avoir su sens d’essayer de n’avoir que du vert au niveau conception de l’outil, dans la mesure du possible. Ça peut renforcer le discours « Scenari et lowtech ».

Sur leur manière de gérer leur score et tout, y’a moyen d’engager la conversation avec eux.

je passe rapidement, mais une des coche rouges est sur le JS inline : Le JS inline n’est pas forcément mal, c’est mal quand c’est du JS générique, c.a.d. si on ajoutait tout une librairie générique inline ce serait débile et mal, mais ce n’est pas le cas ici, le JS inline dans SCENARI c’est des blocs qui sont contextuels à la page et qu’il faut comptabilisé plus comme du contenu (par ex : le paramétrage d’un quiz pour le calcul d’un score).